Chambre de compostage

From Akvopedia
Revision as of 03:45, 9 June 2015 by Winona (talk | contribs)

(diff) ← Older revision | Latest revision (diff) | Newer revision → (diff)
Jump to: navigation, search
Applicable to systems:
2
Composting chamber.png
Application level
Household XX
Neighbourhood X
City

 

Inputs
Matière organique, Excréta


Management level
Household XX
Shared XX
Public X

 

Outputs
Compost/Ecohumus
click on words for explanation

Langues
English Français Español




Icon composting chamber.png

Le compostage se rapporte au processus par lequel des composants biodégradables sont biologiquement décomposés dans des conditions aérobies par des micro-organismes (principalement des bactéries et desmycètes).Une chambre de compostage convertit les excréta et les matières organiques en compost. Le compost est un produit stable et inoffensif qui peut être manipulé sans risque et utilisé comme fertilisant de sol.

Cette technologie requiert habituellement quatre principales parties :

  1. un réacteur (chambre de stockage) ;
  2. une unité de ventilation pour fournir l'oxygène et pour permettre aux gaz (CO2, vapeur d'eau) de s’échapper ;
  3. un système de collecte des lixiviats ; et
  4. une porte d'accès pour enlever le produit mûr.

Une chambre de compostage peut être conçue dans diverses configurations, et construite au dessus ou en dessous du sol. La TSSU peut être utilisée comme interface utilisateur pour des chambres de compostage spécifiquement conçues. L'eau de nettoyage anal ne devrait pas être ajoutée dans la chambre de compostage car elle pourrait provoquer des conditions anaérobies, des odeurs nauséabondes et réduire la capacité de collecte. Il y a quatre facteurs assurant le bon fonctionnement du système :

  1. Suffisamment d'air (oxygène) par aération forcée (air pompé) ou passive ;
  2. Humidité appropriée (idéalement le taux d'humidité devrait être compris entre 45–70%) ;
  3. Température interne (du tas) de 40–50°C (peut être contrôlée grâce à un dimensionnement approprié de la chambre) ; et
  4. Un ratio carbone/azote de 25:1 (théoriquement) qui peut être ajusté en ajoutant une source extérieure de carbone tel que les morceaux de papier de toilette et de bois, et/ou des morceaux de végétaux.

Pour les besoins de conception, on peut supposer une valeur de 300L/personne/an pour calculer le volume nécessaire de la chambre.

Advantages Disadvantages/limitations
- Le compost enlevé est sain à manipuler et peut être utilize comme fertilisant de sol
- Peut aider à réduire le volume de déchets solides produit en déviant la matière organique dans l'unité de compostage
- Peut être construite et réparée avec des matériaux locaux
- Longue durée de vie
- Aucun problème réel de mouches ou d’odeurs si utilisée Correctement
- Coût d’investissement allant de faible à modéré selon la vidange ; faibles frais d'exploitation
- Haute réduction des microbes pathogènes
- Ne requiert pas une source permanente d'eau
- Le lixiviat nécessite un traitement secondaire et/ou une mise en décharge appropriée
- Nécessite une expertise pour la conception et la supervision de la construction
- Requiert quelques pièces spécialisées
- Requiert un long temps de démarrage du fonctionnement.


Adéquation

Bien que simple dans la théorie, les chambres de compostage ne sont pas toujours faciles à exploiter. L'humidité doit être contrôlée pour éviter des conditions anaérobies, le rapport carbone/azote doit être bien équilibré et le volume de l'unité doit être tel que la température du tas de compost demeure entre 40 et 50°C. Cependant, une fois que le processus de compostage est bien établi, le système est tout à fait robuste. Selon la conception, la chambre de compostage peut être utilisée à l'intérieur de la maison avec le confort et la convenance d'une toilette à chasse. Cette technologie est appropriée à presque toutes les zones, mais puisqu'elle est compacte et sans eau, elle est particulièrement convenable pour les climats chauds et les zones où la terre et l'eau sont limitées. Dans des climats plus froids, une chambre de compostage peut également être utilisée à l'intérieur de la maison pour s'assurer que les basses températures n'affectent pas le processus de compostage. Une chambre de compostage ne peut être utilisée pour la collecte et le Stockage/Traitement de l'eau de nettoyage anal ou les eaux grises ; si le réacteur devient trop humide, les conditions anaérobies s’établissent et apparaissent alors des problèmes d’odeur et de dégradation incorrecte.

Aspects Santé/Acceptation

Si la chambre de compostage est bien conçue et construite, il ne devrait y avoir aucune raison pour que les utilisateurs manipulent le matériau pendant au moins la première année, et ainsi, peu d'occasion d'être en contact avec des microbes pathogènes. Une chambre de compostage fonctionnant normalement ne devrait pas produire d’odeurs, et devrait être facile à entretenir. S'il y a suffisamment de matériau de couverture/accumulation il ne devrait pas y avoir de problèmes de mouches ou d’insectes.

Évolution

Une chambre de compostage simple peut être améliorée en incluant un petit ventilateur, un mélangeur mécanique ou des compartiments multiples pour permettre d’augmenter le temps de stockage et de dégradation.

Entretien

Selon la conception, la chambre de compostage devrait être vidangée tous les 2 à 10 ans. Seulement le compost complètement mûr devrait être enlevé. Avec le temps, du sel ou d'autres solides peuvent s'accumuler dans le réservoir ou dans le système de stockage du lixiviat, pouvant être dissous avec de l'eau chaude et/ou être raclée dehors.

Un essai de compression peut être utilisé pour vérifier le niveau d'humidité dans la chambre de compostage. Un essai de compression nécessite que l'utilisateur presse une poignée de compost. Le compost ne devrait pas s'émietter et sembler sec, ni sembler comme une éponge humide. Le compost devrait par contre laisser seulement tomber quelques gouttes d'eau dans la main de l'utilisateur.

Reconnaissances

Eawag compendium cover.png

The material on this page was adapted from:

Elizabeth Tilley, Lukas Ulrich, Christoph Lüthi, Philippe Reymond and Christian Zurbrügg (2014). Compendium of Sanitation Systems and Technologies, published by Sandec, the Department of Water and Sanitation in Developing Countries of Eawag, the Swiss Federal Institute of Aquatic Science and Technology, Dübendorf, Switzerland.

The 2nd edition publication is available in English. French and Spanish are yet to come.

Références

  • Del Porto, D. and Steinfeld, C. (1999). The Composting Toilet System Book. A Practical Guide to Choosing, Planning and Maintaining Composting Toilet Systems, a Water-Saving, Pollution-Preventing Alternative. The Center for Ecological Pollution Prevention (CEPP), Concord, Massachusetts. (Comprehensive installation and maintenance for pre-fabricated units.)
  • Drescher, S., Zurbrügg, C., Enayetullah, I. and Singha, MAD. (2006). Decentralised Composting for Cities of Low- and Middle-Income Countries – A User’s Manual. Eawag/Sandec and Waste Concern, Dhaka. Available: http://www.sandec.ch
  • Jenkins, J. (1999). The Humanure Handbook-2nd Edition. Jenkins Publishing, Grove City, PA, USA. Available: http://www.jenkinspublishing.com (Theory, history, and do-it-yourself guide to composting toilets.)
  • USEPA (1999). Water Efficiency Technology Fact Sheet: Composting Toilets- EPA 832-F-99-066. US Environmental Protection Agency, Washington. Available: www.epa.gov/owm/mtb/comp.pdf (Information related to microbial die off rates and risks.)